De la naïveté des journalistes...

Publié le par Fouquier-Tinville


Le vendredi 24 novembre dernier, l'entourage de Ségolène Royal était tout confus : le "brouillon" du discours d'investiture de la ci-devant "favorite des sondages" avait inopinément été envoyé à toutes les rédactions, oops !

Heureusement, dans leur immense indulgence, tous les journaux de la presse écrite se firent écho de cette malencontreuse erreur : par de longs articles reprenant de larges extraits de ce vrai faux discours...

Le dimanche suivant, les médias pouvaient alors rendre compte du vrai discours du congrès d'investiture de la candidate socialiste, en comparant avec le brouillon. Bilan de l'opération : deux fois plus d'articles sur le discours de Ségolène !

Mercredi 29 novembre : le quotidien "Libération"  publie sur son site Internet le texte de l'entretien de Nicolas Sarkozy annonçant (enfin, quel suspense depuis des mois !) officiellement sa candidature à la présidentielle. Terrible problème : cet interview était réservé à la presse quotidienne régionale pour le lendemain !

Quel horreur, cette trahison médiatique ! D'ailleurs, le jeudi matin, les revues de presse radiophoniques font état d'un couac dans la communication du président de l'UMP : serait-ce le début de la fin pour le "spécialiste de la com" ?

Que nenni ! Dès le soir, les radios changeaient leur fusil d'épaule : quel brillant renversement de la situation pour Nicolas Sarkozy, qui a réussi à faire écrire des articles dans la presse régionale, dans la presse nationale et à alimenter les débats audiovisuels...

Verdict : naïveté confinant à la niaiserie de la part de médias manipulés par les services de relations publiques  des écuries présidentielles ou participation consciente à un bourrage de crâne médiaticopolitique ?

Sentence : ce qui attend tous les journaux qui oublient leur rôle auprès des lecteurs, une chute des ventes (voir France Soir, Libération, Nouvel Obs...)

 







Publié dans Bulle médiatique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article